Nouvelle charte entre la ville de Paris et les opérateurs de téléphonie mobile

Adoptée hier et annoncée aujourd’hui, une nouvelle charte va organiser les relations entre la ville de Paris et les opérateurs de téléphonie mobile.

L’ancienne charte, elle était arrivée au terme de sa durée de vie, prévoyait de limiter l’exposition moyenne d’un parisien « moyen », exposition mesurée en continu sur 24 heures, à 2V/m mais sans changer les valeurs plafond de la réglementation, située entre 41 et 61 V/m pour le champ électrique total dans la gamme de fréquences des signaux radio.

.

La nouvelle charte ne s’intéresse qu’aux valeurs plafond, en les limitant à 5 et 7 V/m, respectivement pour les lieux sans 4G et pour les lieux couverts par un réseau 4G, et seulement pour les lieux de vie. La ville de Paris a donc l’ambition de limiter l’exposition maximale, sans tenir compte de la durée, et seulement dans les lieux de vie. Ailleurs et dans d’autres circonstances, la ville de Paris adopte la réglementation nationale, inspirée par les directives européennes. C’est nouveau et c’est à noter à propos d’une ville où les élus écologistes ont du poids.

C’est déjà reconnaître qu’il n’y a pas d’effet de dose comme pour les rayonnements ionisants et qu’il est inutile de limiter cette exposition a des valeurs proches de zéro. La ville de Paris admet aussi, implicitement, qu’il faut consacrer une « tranche » de l’exposition maximale aux nouvelles applications comme les réseaux 4G. C’est normal car ces réseaux vont utiliser les fréquences des anciens émetteurs TV analogiques, libérées par le passage au tout numérique. Et jamais quelqu’un n’a pensé que ces émetteurs TV pourraient mettre en danger le public à cause du champ électrique rayonné!

A Mennecy, les mesures de champ électrique dans les fréquences radio ont été nombreuses en 2009 et 2010. Les résultats, alors publiés sur le site de la ville, sont maintenant sur le site http://urbanismeamennecy.wordpress.com et ils sont toujours très pertinents. La contribution de la télévision a du évoluer un peu, en perdant celle des émetteurs analogiques et en gagnant celle des émetteurs TNT, à priori un peu plus élevée. Nous avons du perdre aussi un des gros contributeurs de 2009, l’émetteur Loran C dans la Manche. ET nous devons un tout petit peu plus de téléphonie mobile vers le nord de la ville, puisque Orange, en modernisant son installation sur le chateau d’eau, a ajouté un 3ème secteur vers le nord du chateau d’eau.

Bref, grosso modo, nous étions au pire à 1V/m et, dans la plus grande partie de la ville, au dessous de 0,3 V/m. Nous étions donc, et nous sommes très certainement encore, très au dessous des plafonds, réputés exigeants, de la ville de Paris.

Mais c’est un peu normal, dans la mesure où la téléphonie mobile fonctionne très bien à Paris, alors qu’elle est quasiment inexistante dans la moitié sud de la ville!

Publicités

A propos Jean Féret

Conseiller municipal ... mel: jean.feret @ mennecy.net ... tel: 06 74 09 27 07
Cet article a été publié dans Environnement, Mennecy, Réseaux, Risque. Ajoutez ce permalien à vos favoris.