Mennecy en 2015, comme on le voyait en 1991

Mennecy 2015

J’ai trouvé, en triant des vieilles affaires qui trainaient au milieu des dossiers de l’urbanisme dans le grenier de la mairie annexe, une plaquette sur Mennecy 2015.

C’est cruel, mais je ne résiste pas à la tentation de mettre en perspective cette vision datée de 1991, alors que nous sommes en 2011 et donc très près de 2015.

En 1991, nous sommes donc 20 années après 1971, 20 années après le choix de Jean Jacques Robert de maintenir Mennecy à l’écart de la création de la ville nouvelle d’Evry. Le motif, la préservation du cadre de vie, est encore utilisé avec constance aujourd’hui. Remarquons cependant qu’en 1991, les maisons Levitt ne sont achevées que depuis quelques années, et que ce n’est qu’en 2011 que le constat est établi, la construction des réseaux a été complètement ratée, c’est une machine à polluer.

11700 habitants alors, dont presque 7000 arrivés avec les Levitt, l’argument de la préservation du cadre de vie est soudain douteux, tant les habitants qui l’assènent alors ont bouleversé Mennecy qui ne comptait que 3500 habitants en 1971.

Depuis 1991, nous avons vu arriver les Ecrennes, les maisons Breguet, les maisons Winpey, la ZAC du Rousset, la rue Tabarly, la rue des Romaines, le Clos des Anglais et quelques tout petit lotissements. Mais cela ne représente même pas 3000 habitants, soit une progression deux fois moindre pendant les 20 dernières années que les 20 années précédentes.

Passons rapidement sur la vision d’alors avec 1500 emplois à créer dans la ZAC Montvrain 1 (!) et 250 logements sociaux à crééer (ils sont faits, et la loi SRU nous oblige maintenant à en créer encore 350).

Mais relevons essentiellement que personne alors n’envisageait qu’il pourrait y avoir des aléas. Ainsi, la disparition de la papeterie, premier employeur et premier contribuable de la ville, ne fait pas partie des hypothèses. Plus fort encore, nous sommes alors à peine 2 années après la chute du mur et l’entrée dans l’ère de la mondialisation. La France et ses dirigeants n’avaient alors rien compris et pratiquaient une politique de résistance au changement. La mondialisation, c’est une désindustrialisation massive en France. A Mennecy, c’est la disparition de la papeterie, le début de la fin d’IBM à Corbeil, Carrefour qui commence à investir ailleurs qu’en France. Voilà pourquoi nous n’avons pas autant d’emplois que prévu alors.

La mondialisation, c’est aussi la SNECMA qui commence à rencontrer du succès avec le CFM56, grace à Boeing (beaucoup) et à Airbus (pas mal), c’est le début du succès d’Arianespace, grace aux satellites de communication et l’entrée dans l’ère d’Internet. Tout n’a pas été négatif.

C’est aussi une réorganisation de l’économie, avec plus de logistique car plus de transports depuis des centres de production éloignés, et une personnalisation des produits au seuil des magasins. D’où la transformation de la grande couronne en un anneau de centres logistiques autour de l’agglomération parisienne, et le cortège d’emplois peu qualifiés qu’ils créent, plus les nuisances créées par le développement anarchique du transport de fret par la route.

C’est enfin une économie plus orientée vers les services et les emplois tertiaires, concentrés dans le coeur de l’agglomération. Et nous arrivons ici au vide sidéral de cette prospective de 1991: RIEN sur les transports des personnes. Comment va t-on à son travail, à son école ou au cinéma en 2015? Les « services de l’Etat » démontrent ici, rétrospectivement, que leur vision prospective reste bien peu inspirée.

Je vous l’avais dit, c’est cruel. Et j’imagine bien qu’en 2031 quelqu’un reprendra les écrits de la mairie de 1971, 1991 et 2011 pour se préter au même exercice. Pour la défense des auteurs de cette prospective, rappelons que l’impact de la chute du mur en 1989 a été long à percevoir, tant il a été important pour le monde. Et nous avons eu ensuite l’éclatement de la bulle immobilière en 1991, une crise monétaire européenne en 1993, une crise économique en Asie en 1997, un éclatement de bulle Internet en 2001 et une crise finacière en 2008.
Depuis 1991, la monnaie et la politique monétaire ont changé, les règles de comptabilité ont évolué, les compétences des collectivités territoriales ont été transformées.

Publicités

A propos Jean Féret

Conseiller municipal ... mel: jean.feret @ mennecy.net ... tel: 06 74 09 27 07
Cet article a été publié dans CCVE, Environnement, Etat-Préfecture, Mennecy, Urbanisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mennecy en 2015, comme on le voyait en 1991

  1. Ping : Mennecy en 2015, comme on le voyait en 1991 - Essonne-Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s